Retour d’expérience

Farid MEGDOUL

Farid MEGDOUL – Etudiant en 3ème année – Assistant de Service Social

Mobilité de stage du 3 octobre 2016 au 5 avril 2017.
Avec l’Association Chez nous – Bij Ons, Bruxelles, Belgique.

Expérience

Je suis en formation assistant de service social en 3ème année à l’IRTS Paris Ile-de-France. J’ai un Master d’Histoire et j’ai pu travailler en tant que médiateur social pour un CCAS d’une moyenne commune, pendant six années. L’incertitude du devenir de cet emploi et le manque de perspectives d’avenir m’ont motivé pour décider de commencer cette formation d’assistant de service social.

J’ai effectué un stage Erasmus à Bruxelles d’octobre 2016 à avril 2017, soient 6 mois.
Ce choix s’est opéré bien en amont, dès la première année de formation où le lieu de stage a été trouvé, mais dans une autre école de formation, en Aquitaine.

Motivations

J’ai souhaité réaliser un stage Erasmus à Bruxelles dans le but d’apporter une expérience nouvelle dans mon cursus de formation, une autre manière de penser le travail social.
Je voulais aussi avoir une expérience internationale qui donnerait une plus-value à mon parcours de professionnalisation.

Le fait de bénéficier d’une aide Erasmus a rendu le stage et l’installation viables.
Ce stage international se situe également à proximité de Paris, facilitant la mobilité, notamment lors des retours à l’école à Paris.

Contenu

Mon lieu de stage était un centre d’accueil de jour pour toutes personnes. L’accueil y est inconditionnel, mais les personnes en grande exclusion représentent la majorité du public reçu.
Il s’agit d’une association à but non lucratif qui sert des repas et propose un service de douche, un vestiaire et une permanence sociale.

Mon stage s’exerçait dans le cadre de la mise en place d’une intervention sociale d’intérêt collectif (ISIC). Un groupe d’entraide mutuelle a pu émerger à l’issue d’un repérage des problématiques du public cible. Ce repérage a pu être réalisé en se basant sur des entretiens individuels. Ce groupe a contribué à décloisonner les rapports sociaux entre les personnes pouvant être personnes ressources voire aidantes, et les services du lieu de stage.

Apports

Ce stage m’a permis de découvrir les dispositifs d’un autre pays européen, et de faire connaissance avec l’ensemble des politiques sociales, notamment concernant la lutte contre les exclusions et le logement.
Il a surtout été enrichissant sur la question de la mobilisation des personnes et sur la valorisation des ressources dont elles disposent.

Le fait d’établir des entretiens en toute autonomie et de travailler sur le pouvoir d’agir du public m’a donné une vision différente du travail social, dans le sens où je me rends compte que ce métier peut être propice à la créativité, à la résolution spontanée des problèmes.
De toutes mes expériences professionnelles, ce stage constitue à ce jour, l’expérience où on échappe le plus au contrôle institutionnel. Ce constat se concrétise par l’accueil inconditionnel et l’absence de financements institutionnels.

Être multilingue est une force à Bruxelles : j’ai pu utiliser l’anglais et l’espagnol lors de mon lieu de stage.

Difficultés sur la mobilité

J’ai rencontré comme principale difficulté celle de me loger sans trop m’éloigner. J’ai fait le choix d’une colocation à 20 km de Bruxelles, à 15 minutes de train. Mais je n’ai pu maintenir ce logement sur toute la durée du stage en raison d’autres dépenses importantes. En effet, celles allouées au transport étaient conséquentes pour mon budget.

J’ai trouvé donc un logement en colocation moins cher et surtout plus près de Bruxelles (Jette) pour rééquilibrer le budget. Il existe beaucoup d’annonces de studios pour étudiants (kots) et de colocations possibles, sur la région de Bruxelles.
J’aurais aimé avoir plus de liens avec l’Université de Louvain afin de connaître les éléments pratiques (abonnements de transport, lieux pour échanger entre étudiants ).

Enfin, il est utile de mentionner que les rythmes au quotidien divergent de ce que l’on connait à Paris. On peut démarrer la journée plus tôt. Le déjeuner commence généralement à 12h et le diner à 19h. Les commerces et restaurants ferment ainsi plus tôt que chez nous.